• Visio

    VisioVingt-quatre images par seconde coulent de l’étrange rotondité ouverte sur les portes d’un salon. Abel dénonçant dans ces Édens particuliers des regards mutins, d’Èves insolentes et d’Adams impatients.

    Vingt-quatre images par seconde défilent sur les corps satinés, gainés de dentelle et de soie, qui fébriles attendent sagement le La. Diapason d’un corps qui sur l’iris de ce cyclope, le jeu d’une envie imprimera.

    Vingt-quatre images par seconde s’émeuvent sur des caracos envolés, une nuisette glissée. Unicité d’yeux gourmands grisés des charmes dévoilés. Rondeurs aréolées, tétins turgescents de seins saillants.

    Vingt-quatre images par seconde s’enflamment sur les chutes vertigineuses des voiles arachnéens, des cotonnades, qui livrent sous leur fuite licencieuse, la beauté d’un fruit conin, la turgescence libertine d’un bien-aimé.  

    Vingt-quatre images par seconde lisent en continue l’envie dansant dans les regards mutins. Corps émouvants, qui offrent, prennent, apprennent, courbes et mouvements. Caresses énoncées, répliquées, sans compétition, offrant l’harmonie pour seul cri.

    Vingt-quatre images par seconde se posent sur des regards, des corps usés de cette veille prolongée. Las, inassouvis, ils prennent congé pour s’offrir et magnifier ses instants aimés. Heures libertines, où un œil unique ouvert sur leur vie, leur ont permis de voyager et de partager.

    Vingt-quatre images par seconde pour un rêve partagé….

     

    © 2010 – Thierry TE DUNNE
    Tous droits réservés – Reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.